Opticien en Côte d’Ivoire, un métier en devenir

Opticien en Côte d’Ivoire, un métier en devenir
Le marché de l’optique en Côte d’Ivoire est dans un état embryonnaire. A ce jour, seulement 200 opticiens pour plus de 20 millions d’habitants ont été recensés. Et selon le ministère de la santé (www.sante.gouv.ci), il y a plus d’un millier de personnes qui travaille ou qui usurpe le titre d’opticien. Heureusement, les opticiens ivoiriens sont en train de s’organiser. Ils espèrent, à long terme, la mise en place d’un ordre des opticiens comme c’est le cas avec les architectes, les pharmaciens, pour une meilleure régulation du métier d’opticien.

La conscience de la population de faire inspecter sa vue régulièrement ?

Tous les médecins opérant dans divers domaines ont fait un constat : Les ivoiriens ne font pas de consultations préventives. Ce constat est le même pour les examens de vue. Interrogé sur la question lors du Salon International de l’Optique et de la Lunetterie d’Abidjan (SIOLA), qui a lieu du 28 au 30 novembre 2014 à Abidjan, COUASSI-Blé Constant, opticien consultant en France soutient que deux raisons principales expliquent cet état de fait :

D’abord, dans la conscience populaire, on ne va chez le médecin ou chez l’opticien que lorsqu’on remarque que le mal est déclaré, lorsqu’on a un problème de santé ou de vision. Ensuite, pour nombre de personnes, une consultation chez l’opticien débouchera forcement sur l’achat de lunettes, dont le prix en règle générale n’est pas accessible à tous. Beaucoup d’ivoiriens font donc le choix de se soigner d’abord à l’indigénat, puis chez le médecin quand le mal persiste.
http://news.abidjan.net/h/481022.html

L’opticien est-il habilité à pratiquer des examens de vue ?

En côte d'Ivoire, les opticiens sont habilités à faire passer des examens de vue

Aujourd’hui, tout opticien est habilité à vous proposer un examen de vue pour mesurer votre acuité et si nécessaire, remplacer des verres devenus inadaptés. Mais, seul un médecin peut diagnostiquer une maladie de l’œil et vous proposer un traitement. (http://www.optique-delvaux.be). Celui qui se rend chez un opticien et qu’il semble présenter une maladie de l’œil, sera orienté systématiquement vers un spécialiste. L’opticien-lunettier, c’est un métier qui est en rapport avec l’œil mais qui est différent d’un ophtalmologue. C’est un métier paramédical comme le pharmacien. L’ophtalmologue fait une ordonnance et la transmet à l’opticien qui va l’exécuter.

Le choix de ses lunettes et de ses verres : le besoin d’un professionnel de l’optique à ses côtés

Les yeux font partie des organes vitaux de l’homme qui sont difficilement remplaçables une fois abîmée. Pour éviter donc le risque de perdre la vue, le choix des lunettes et des verres doit être l’affaire d’un professionnel, d’un opticien. Ce dernier accueille, questionne et met en confiance son client. Il va chercher à définir son défaut visuel, déterminer et choisir la monture la plus adaptée au visage du client. Il est un peu visagiste. Il va opter pour le verre que l’ophtalmologue va prescrire en fonction du budget du client. Les missions même de l’opticien invitent les patients à collaborer avec lui. Il prodigue des conseils en lunetterie (choix de la monture en fonction du visage et des contraintes techniques telles que le niveau de correction optique, le type de verre), il réalise des prise de vue pour centrer précisément les verres en fonction du patient et des consignes du fabriquant, il monte et contrôle les verres dans la monture, il ajuste les lunettes et contrôle la vision lors de la livraison.

Pour devenir opticien, il faut obtenir le Brevet de Technicien Supérieur (BTS) en optique-lunetterie

Comment devenir opticien en Côte d’Ivoire ?

En Côte d’Ivoire, plusieurs grandes écoles forment des jeunes aux métiers de l’optique. A l’issu d’une formation de deux ans, ils sortent avec un Brevet de Technicien Supérieur (BTS) en optique-lunetterie. Cette formation a été ouverte pour la première fois en Côte d’Ivoire par le groupe LOKO, à travers l’Institut Supérieur de Formation des Opticiens (ISFOP OPTIQUE) lors de la rentrée universitaire 1998/1999 (http://www.isfopoptiqueloko.com/).

Peuvent être candidats à la formation, les bacheliers titulaires d’un BAC série C ou D, les étudiants des facultés de Médecine, Pharmacie, Mathématique. Les principales matières enseignées au cours de la formation sont l’analyse de la vision, l’examen de vue, les études techniques de système de vue, l’optique géométrique et l’optique de contact. Après la formation théorique, si l’étudiant est admissible au BTS, il suit obligatoirement un stage de 8 semaines. La rédaction d’un rapport de stage est requise à la fin de cette période et fait l’objet d’une soutenance lors de l’épreuve d’examen intitulée « activités en milieu professionnel ». Une fois le BTS acquis, le jeune diplômé peut faire face aux exigences de la profession, à savoir:

  1. concevoir, réaliser et contrôler les appareils destinés à compenser les défauts de la vue ;
  2. être capable de déterminer lui-même la compensation optique d’une amétropie ;
  3. prendre la responsabilité d’un magasin soit comme gérant, soit comme propriétaire d’un fonds.

Il peut trouver également un emploi de technicien, de gérant ou de directeur d’un magasin d’optique. L‘objectif principal est de créer ou de reprendre un magasin d’optique de détails, d’exercer au sein d’une unité de fabrication d’instruments, de verres ophtalmiques ou de lentilles de contact.

Est-ce que toutes les populations ont accès aux lunettes ?

L’accès des populations ivoiriennes aux lunettes est un problème très complexe. En effet, le coût exorbitant des lunettes, en moyenne 150000 FCFA, constitue un frein à leur acquisition pour la majorité des ivoiriens. Pour contourner ce problème de coût, plusieurs personnes se tournent vers des non-spécialistes qui leur proposent des lunettes à des prix imbattables.

Dominique, une jeune coiffeuse portant des lunettes, se vante d’avoir fait une bonne affaire en acquérant des lunettes à prix réduit. Ses lunettes, elle les a achetés « chez un sénégalais vendeur de lunettes » installé au plateau, le centre des affaires de la ville d’Abidjan. Est-ce effectivement des verres pharmaceutiques quand on sait que la fabrication et le montage de verres pharmaceutiques relèvent de la seule compétence des opticiens ?

Nous avons effectué de nombreuses sensibilisations et des actions de préventions et de dépistage pour permettre aux populations ivoiriennes et vivantes en Côte d’ivoire de mieux se porter. Nous mettons tout en œuvre pour que tous les citoyens de ce pays puissent mieux voir pour exercer
www.fratmat.info

Les ivoiriens préfèrent les lunettes ou les lentilles ?

Selon les tendances observée un peu partout, les ivoiriens ont une préférence particulière pour les lunettes. Le porte de lentilles n’étant pas très rependu, beaucoup d’ivoiriens ignorent leur existence et même leur rôle.

L’opticien et son rôle de conseil, entre médical et esthétique

Faire du déficit visuel un atout de beauté. C'est l'objectif que se sont assignés les opticiens lunettiers indépendants. Réunis au sein d'une organisation, ces professionnels de la lunetterie ont décidé de s'unir pour offrir un service de qualité et de proximité aux populations. « Il s'agit de donner une nouvelle perception à la profession d'opticien lunettier, combiner confort, qualité et performance visuelle tout en offrant des services à moindres coûts et faire de la qualité notre crédo », a indiqué Hugues Kouadio Kouamé, président des Opticiens visagistes de Côte d’ivoire (http://news.abidjan.net/h/481022.html).

Ainsi, l’opticien doit avoir plusieurs cordes à son arc. Ses services comprennent la vente de montures et de verres garantis, de lunettes de soleil, les consultations et examen de vue et le conseil en matière de goût, de préférence esthétique. Même si elles sont d’abord des aides visuelles précieuses, les lunettes deviennent de véritables auxiliaires de coquetterie, pour les femmes comme pour les hommes. Ainsi révèlent-elles souvent une part de la personnalité de celui – ou celle- qui les porte.

Evolution et défis du marché de l’optique en Côte d’Ivoire

Aujourd’hui, le marché de l’optique est plein essor et la demande en matière de lunettes ne fait que s’accroitre. Cette situation engendre de nombreux abus qui portent un énorme préjudice à la corporation des opticiens.

Le Conseil supérieur des métiers de l’optique de Côte d’Ivoire (CSMO-CI) ambitionne de combattre la concurrence déloyale qui prévaut dans ce secteur. Le secrétaire général du CSMO-CI, Kouadio Kouamé Hugues Aubin, a annoncé une guerre contre les opérateurs qui ne seront pas en règle car selon lui,

Un vendeur de lunettes n’est pas un opticien. L’Etat perd des milliards de FCFA par an à cause du marché parallèle dans le secteur.
www.notrevoie.com

Il s’agit notamment, de la lutte contre le marché parallèle et la concurrence déloyale, la vérification des agréments, le renforcement des capacités des professionnels, l’usage des cartes professionnelles, l’organisation d’un salon de l’optique, l’acquisition d’un siège, etc.

Avec l’instauration de la couverture maladie universelle, les opticiens espèrent que les ivoiriens ne payeront plus cher pour acquérir des lunettes.

Retrouvez l'ensemble des Opticiens Ivoiriens sur l' annuaire des entreprises de Côte d'Ivoire
Sujets similaires