L'immobilier en Afrique, un marché à très fort potentiel

Immobilier en Afrique
immobilier-afrique.jpg
Un rapport d’ONU-HABITAT paru en 2010 révèle que 400 millions d’Africains vivent actuellement en milieu urbain, soit 40% de la population, contre 3% il y a 50 ans et 1,2 milliard en 2050, soit 60 % de la population. Cette croissance démographique s’est inévitablement accompagnée d’une forte urbanisation des villes. Ainsi, depuis quelques années, le continent est devenu un véritable boom immobilier. Un marché de l’immobilier dominé par les investisseurs étrangers.

L'évolution de la population Africaine

Selon plusieurs études et statistiques sur la question, le continent africain connaîtra un processus de peuplement très dense durant les prochaines décennies. Et les prévisions d’ONU-HABITAT dans son rapport sur l’État des villes africaines annoncent qu’elle va plus que tripler au cours des 40 prochaines années. Le Caire (Égypte), avec 11 millions d’habitants en 2014, Lagos (12,4 millions intra-muros) en 2015, et Kinshasa (République Démocratique du Congo), avec 12,7 millions d’habitants, en 2020.

Les entrepreneurs

Avec l’évolution très rapide de la population, le marché de l’immobilier en Afrique est devenu un facteur incontournable de développement économique. Dans ce secteur qui demande une certaine expertise, plusieurs entrepreneurs sont en forte concurrence pour la réalisation de projets qui vont d’édifices commerciaux aux logements sociaux en passant par les résidences privées. On peut citer ceux venus de l’Afrique du Nord, l’Afrique australe, de l’Asie, de l’Amérique, de l’Europe etc.

Les investisseurs

Le continent est perçu comme un marché prometteur de l’immobilier jugé très rentable et lucratif comparé aux autres régions du monde arrivées à saturation en termes de débouchés.
Voyant l’émergence de ce marché doté d’un très fort potentiel, de nombreux investisseurs, qu’ils soient publics ou privés, locaux ou étrangers se partagent les marchés. On peut citer le holding Al-Qudra des Émirats Arabes Unis, le chinois Shenyang Yuanda. Sans oublier le français Bouygues Immobilier présent sur le continent.

Les différents projets immobiliers

Tout le continent est en chantier. Des constructions d’usines, complexes hôteliers en passant par les projets de logements sociaux aux résidences privées, le paysage de l’habitat africain est en pleine mutation. C’est le cas avec holding Al-Qudra, l’un des trois plus grands groupes immobiliers aux Émirats Arabes Unis pour la construction de logements et d’un complexe touristique au Sénégal. En outre, des gouvernements africains, pour faire face au déficit de logements, ont lancé à l’image du président angolais Eduardo Dos Santos de vastes programmes immobiliers. Ainsi, l’Angola a réalisé près d’un million d’habitations fin 2012. En Côte d’Ivoire, un projet de réalisation de 60 mille logements sociaux économiques et standing a été initié par le président ivoirien, Alassane Ouattara depuis le 28 mars 2013. Il y a d’autres projets de grande envergue tels que : « Eko Atlantic » à Victoria Island au Nigeria, « Tatu City » à Nairobi et « La Cité du Fleuve » à Kinshasa.

Le projet immobilier Eko Atlantic à Victoria Island © Ekoatlantic.

Le prix de l'immobilier

Les prix de l’immobilier en Afrique varient selon les pays. Le site mondial de l’immobilier Lamudi dévoile un classement de pays où un appartement à louer est moins coûteux. Douze pays africains sont présents dans le top 20 de ce classement.
Dans la catégorie de l’immobilier de luxe, l’Ethiopie arrive en tête avec un prix du mètre carré de près de 397 euros soit environ 260.000 FCFA. La Côte d’Ivoire en 2ème position avec le prix moyen d’une villa de luxe à 427,65 euros/m2, soit près de 277.973 FCFA. La Tanzanie occupe la 3e place. L’Angola ferme la marche avec près de 4 000 euros, précédée des Emirats Arabes Unis.
Par contre, Lagos (Nigeria) figurent parmi les plus élevés du monde. A Luanda, les loyers Prime restent très hauts puisqu’il faut compter mensuellement 150 dollars américains par mètre carré, un niveau bien supérieur aux tarifs pratiqués à loin du continent (Londres, New-York ou Hong-Kong.).

Le rôle des agences immobilières

Les agences immobilières constituent en quelque sorte un passage obligatoire pour toute location immobilière. Leur mission consiste à donner les informations sur l’appartement à louer, la maison ou le terrain à acheter et des conseils en immobilier. Dans beaucoup de pays africains, leur arrivée a permis de mettre de l’ordre dans ce secteur qui quelques années auparavant, était désordonné. Plusieurs agences immobilières apportent leur expertise sur le continent : l’Agence Coup de Keur, l’A'PRIMMO, Signature Immobilier, GIS Afrique, Dubai Immobilier, Groupe Repimmo.

Retrouvez la liste des agences immobilières en Afrique

Leur coordonnées et informations principales, cliquez-ic !

Les prêts immobiliers

En Afrique, il est difficile pour un citoyen sans grands moyens d’accéder à un logement abordable ou posséder sa propre résidence. Pour avoir un patrimoine immobilier à soi, il faut disposer d’un salaire décent pour un logement à la mesure de ses besoins et pour ce qui est d’une propriété, avoir accès à des prêts immobiliers pour s’acquérir un habitat ou une location immobilière.
Les formules les plus courantes :

  1. prêts classiques servant à financer l’acquisition des terrains, la construction ou l’achat d’un logement;
  2. prêts épargne-logement pour le financement des projets du "prêt classique" et le
  3. prêt acquéreur, destiné à l'acquisition d'un logement dans un programme de promotion immobilière.

Propriétaires et locataires

Malgré leur hospitalité légendaire, les Africains optent de plus en plus pour un habitat individualisé. Chacun veut s’acheter une maison qui offre à la fois un gîte à la famille et une sécurité personnelle pour éviter la location et ses aléas.
En Tunisie, en quinze années de croissance ininterrompue, 80% des ménages sont propriétaires de leur logement malgré la hausse du prix de l’immobilier.
Cependant, vu que tout le monde n’est pas logé à la même enseigne, dans certains endroits de l’Afrique, c’est tout le contraire. Les locataires sont plus nombreux que les propriétaires. Et très souvent, les conditions de logement font qu’on assiste à des situations de colocation d’appartement pour trouver une solution au déficit de logements en Afrique.

vlisco-benin-bottom-left-fixed.jpg