Les établissements bancaires de Côte d'Ivoire

Les banques de Côte d'Ivoire
Les établissements bancaires de Côte d'Ivoire
Une banque se distingue des autres entreprises par la nature de son activité. Elle propose en effet des services financiers dont font partie la réception de dépôts d’argent, la collecte de l'épargne, la gestion de moyens de paiement ou encore l'accord de prêts. L’objectif principal de ce type d’entreprise est de réaliser des bénéfices sur l'ensemble des opérations financières dont elles ont la charge. En Côte d'Ivoire, le secteur bancaire est très dynamique et performant, les banques ivoiriennes ayant réussi à traverser les crises subies par le pays avec succès. Leur chiffre d'affaire croît ainsi tous les ans. La Côte d'Ivoire compte aujourd'hui plus de vingt banques d'origine locale ou étrangère. Voici tout ce que vous devez savoir sur les banques de Côte d'Ivoire.

Les grands organismes financiers de Côte d'Ivoire

Un organisme financier peut par exemple être une banque, une société de bourse, un établissement de crédit, une société d'investissement ou une assurance. Les banques sont toutefois les organismes financiers les plus importants en Côte d’Ivoire, la BGFIBank , la BNI (Banque Nationale d'Investissement) , la SGBCI , Ecobank et la BICICI étant les plus connus d’entre eux.

Avec plus de 60 agences, la majorité d’entre elles étant situées à Abidjan, la Société générale des banques de Côte d'Ivoire (SGBCI) est le principal organisme financier de Côte d’Ivoire. Elle est d’ailleurs entrée en bourse en 1976.

Faisant actuellement fureur en Côte d’Ivoire, Ecobank est le deuxième organisme financier du pays. Cette société financière a pour ambition de prendre la tête du marché bancaire d'ici quelques années.

Créées toutes les deux en 1962, la Société ivoirienne de banque (SIB), filiale du groupe Crédit agricole, et la Banque internationale pour le commerce et l'industrie de la Côte d'Ivoire (BICICI), filiale du groupe BNP Paribas sont elles aussi d’importants organismes financiers ivoiriens.

Ces derniers ne sont pas les seuls à avoir une véritable influence sur le secteur bancaire ivoirien. En effet, des organismes comme la Banque atlantique de Côte d'Ivoire (BACI), la Caisse d'Epargne Côte d'Ivoire et Barclays, ont aussi leur part de responsabilité dans la réussite de ce secteur.

Les banques privées

Une banque privée est une banque haut de gamme qui offre des services financiers à la fois personnalisés et très étudiés dans le but de gérer de la meilleure façon possible la fortune de personnes disposant d'un patrimoine très important. Elles offrent souvent une gestion patrimoniale, une gestion privée ou encore une gestion de fortune à ces clients si particuliers. Une banque privée peut être indépendante ou peut constituer une partie d'une banque généraliste qui offre un service quasiment identique à ses clients fortunés que les banques indépendantes.

La gestion de patrimoine par les banques privées Ivoiriennes, un service haut de gamme

Il s'agit donc de banques de haut standing qui sont accessibles à une certaine clientèle à partir d’un seuil de revenus déterminé ou d'un capital financier. Les clients de ces banques privées disposent d'un gestionnaire de patrimoine qui est chargé de gérer au quotidien le patrimoine de ces derniers, de traiter des questions fiscales qui lui sont posées et de mener à bien leurs projets les plus complexes. Des experts sont aussi chargés d’aider les conseillers patrimoniaux dans leurs missions afin de conserver les clients dans leur banque pour qu'ils n'aillent pas voir la concurrence.
Les organismes financiers comme BICICI et Citibank sont, entre autres, des banques privées.

Les banques de détail

Les banques de détail sont les banques telles que tout le monde les connait. Ce sont des banques qui offrent des produits de placements et de crédits à divers clients dont font partie les particuliers, les entreprises et les associations. La gamme de produits offerts est très large et comprend entre autres le crédit, des produits d'assurance et de l'épargne. Les banques de détail sont souvent des agences bancaires dépendant de réseaux.

Les projets soumis aux professionnels travaillant dans ces banques de détail concernent surtout des achats de maison et la gestion d’une affaire commerciale. Les banques de détail peuvent être des banques de dépôt, auquel cas elles reçoivent de l’argent, le gèrent et accordent des prêts à leurs clients, ou des banques d’affaires, auquel cas elles accordent principalement des crédits à des entreprises.
La BICICI fait par exemple partie des banques de détail.

Le réseau bancaire en Côte d'Ivoire : historique, état actuel, évolutions prévues

C’est en 1853, avec la création de la Banque du Sénégal, banque des négriers, que naît le réseau bancaire en Côte d’Ivoire. En 1901, la Banque du Sénégal devient la Banque d'Afrique de l'Ouest. La Banque internationale de l’Afrique Occidentale (BIAO) est également créée des suites de la Banque du Sénégal. Quant aux principaux organismes financiers ivoiriens dont la BIAO-CI, la SGBCI, la BICICI et la SIB découlent d'établissements français installés en Côte d'Ivoire avant que le pays ne prenne son indépendance.

Avant 1976, on faisait la distinction entre les banques commerciales, les banques d'affaires, les banques de développement et les banques de dépôts, mais à partir de cette date, elles sont toutes désignées sous l'appellation de « banques et d'établissements financiers ».

Aujourd'hui, la Côte d'Ivoire dispose du réseau bancaire le plus développé de l'Union économique et monétaire des Etats de l'Afrique de l'ouest (UEMOA) dont elle fait partie.

Les banques qui forment le réseau bancaire ivoirien sont placées sous le contrôle de la Banque Centrale (la BCEAO). De nouvelles agences ne cessent d'ouvrir en Côte d'Ivoire et de nouveaux produits sont proposés à des clients qui se montrent de plus en plus exigeants. Presque toutes les banques proposent désormais des cartes bancaires, véritable outil de dynamisation du système bancaire, à leurs clients et elles sont toutes équipées de terminaux de paiements électroniques.

Les banques ivoiriennes cherchent désormais à développer des solutions afin de sécuriser les nouveaux outils financiers dont elles disposent pour faire face à la criminalité financière. Elles essayent également d'augmenter leur taux de bancarisation, c’est-à-dire le nombre de leurs clients, optant alors pour une politique de proximité et pour la fusion des banques publiques et privées.

Sujets similaires