Le marché de l'assurance en Côte d'Ivoire

6e534711fd10d905c4c9710560adbacc8aab19b7.jpeg
Le marché de l’assurance en Côte d’Ivoire se porte bien et même très bien puisque le chiffre d’affaires des compagnies d’assurance ne cesse d’augmenter sans que les différentes crises subies par le pays n’y aient changé quoi que ce soit. Il est d'ailleurs le principal marché de la CIMA, la conférence interafricaine des marchés d'Assurance qui regroupe une quinzaine d'Etats lusophones et francophones.
Les compagnies d'assurance ont ainsi distribué 236,7 milliards de Francs CFA au cours de l'année 2013, cela représentant une croissance de presque 13% par rapport à l'année 2012 à la fin de laquelle elles avaient distribué 209 milliards de Francs CFA. Le marché de l’assurance est ainsi un secteur dynamique qui emploie de nombreuses personnes et qui cherche sans cesse à offrir de nouveaux produits et services à ses clients.

Les principales assurances ivoiriennes

Il existe une trentaine de compagnies d'assurance en Côte d'Ivoire, toutes étant situées à Abidjan, la capitale du pays.

Axa, un des organismes d'assurance international implanté en Côte d'Ivoire © Axa

Les principales compagnies d'assurance ivoiriennes sont les suivantes : La Loyale-vie, AXA Assurances Côte d'Ivoire, NSIA Côte d'Ivoire, Colina Assurances, Beneficial Life Company, LMAI et AGF Côte d'Ivoire. Ces sociétés d’assurance réalisent toutes un important chiffre d'affaires et sont les compagnies qui permettent véritablement de dynamiser le secteur de l'assurance en Côte d'Ivoire. Il existe également d'autre sociétés d'assurance comme ALLIANZ, ATLANTIQUE ou encore la SIDAM pour ne citer qu'elles.

Le fonctionnement des compagnies d’assurance en Côte d’Ivoire

Les activités des assurances ivoiriennes sont régies par le code des assurances des Etats membres de la Conférence interafricaine des marchés d'assurance (CIMA) et sont surveillées par la Direction des assurances, celle-ci dépendant du ministère de l'Economie et des Finances. Les compagnies d'assurances de Côte d’Ivoire fonctionnent principalement grâce aux intermédiaires d'assurances, dont font partie plus de 200 agents d'assurances et plus de 70 courtiers. Ce sont eux qui rapportent des affaires à celles-ci contre une rémunération qui prend la forme de commissions.

Pour se démarquer des autres sociétés et rester en plein cœur du marché de l'assurance, les compagnies doivent se renouveler sans arrêt et proposer des produits toujours plus innovants. Malheureusement, sur la trentaine de compagnies d'assurance que compte la Côte d'Ivoire, seule la moitié est véritablement viable et arrive à réaliser un chiffre d'affaires moyen suffisant.

Les risques qu'elles couvrent

Les assurances en Côte d’Ivoire couvrent deux branches : la branche IARD (non vie) et la branche vie.

La branche IARD (incendie, accidents et risques divers) permet aux compagnies d’assurance ivoiriennes de réaliser près de 60% de leur chiffre d’affaires. C’est elle qui permet au marché de l’assurance d’être fortement dynamisé en Côte d’Ivoire. La branche IARD prend en compte les accidents corporels et les maladies, l’assurance automobile qui est obligatoire, les incendies et les autres dommages causés aux biens, les transports, la responsabilité civile générale et les autres risques divers.

Les assurances voitures sont obligatoires dans le pays

La branche vie représente quant à elle près de 40% du chiffre d’affaires des compagnies d’assurance ivoiriennes. Depuis quelques années, cette branche s’est beaucoup développée, permettant à ces sociétés d’augmenter leur chiffre d’affaires de façon importante.
En 2013, la branche IARD a augmenté de 14,2% par rapport à l'année précédente contre 11,1% pour la branche vie, ces chiffres étant significatifs d'une plus forte évolution de la branche IARD. Dans cette dernière branche, le chiffre d'affaires est principalement divisé entre le secteur de l'automobile (34%), les accidents corporels et la maladie (28%), l'incendie et les autres dommages (18%) et enfin le transport (un peu plus de 10%).

Les problèmes liés aux assurances en Côte d'Ivoire

Bien que le secteur de l'assurance soit en nette progression chaque année et qu'il permette la création d'emplois directs et indirects, les ivoiriens ne font pas encore assez confiance aux assureurs dont ils se méfient en partie en raison des primes qui mettent bien trop de temps à arriver.
La population ivoirienne se désintéresse également de ce secteur. En effet, la culture de l'assurance n'est pas encore très présente dans le pays où l'on se penche d'abord sur les dépenses de première nécessité (nourriture, vêtements, santé…) avant de penser à la prévoyance.

La confiance dans les assurances devra grandir pour permettre aux Ivoiriens de se protéger efficacement contre les imprévus de la vie

Les assurances sont pourtant nécessaires pour les ivoiriens afin qu’ils puissent pallier aux problèmes et aux imprévus dans le but de mieux gérer leur famille et leur vie de tous les jours.

logo-flottant-bollestore-cote-ivoire.jpg