Les travaux d'infrastructure au Togo

Togo : les grands travaux
Le développement d’un pays passe par la mise en place d’un environnement des affaires sain et la construction des infrastructures. Le gouvernement togolais , convaincu qu’il ne peut en être autrement et dans la logique de son projet TOGO VISION 2030 destiné à faire du Togo un pays émergent, a élaboré une politique de grands travaux qui se concrétise déjà par la construction de véritables joyaux qui font du Togo un pays convoité par les investisseurs étrangers.
GO TOGO a choisi parmi les nombreuses infrastructures déjà mises en place de parler de la nouvelle aérogare de l’Aéroport International Gnassingbé Eyadéma de Lomé-Tokoin des extensions du Port Autonome de Lomé notamment le 3e quai et le nouveau terminal.

La nouvelle aérogare

Elle se présente comme une plate forme de référence face aux enjeux du transport aérien en Afrique. En effet, les capacités de l’ancienne aérogare devenaient de plus limitées face à l’augmentation du trafic d’année en année. Cette nouvelle aérogare de dernière génération de 21000m2 est dotée de cinq passerelles télescopiques et est capable d’accueillir deux millions de passagers annuellement. Avec sa piste de 3000 m, elle répond aux normes de Boeing 747 et surtout son parking avions doté de 11 postes de stationnement dont cinq en nose in et six autres en nose out.

Un nouvel aéroport avec des pistes capables d'accueillir les Boeing 747

Il faut rappeler que la construction de la nouvelle aérogare a été entièrement financée par la China EXIM BANK. La Société Aéroportuaire de Lomé-Tokoin (SALT) est l’organe qui gère l’Aéroport International Gnassingbé Eyadéma, aéroport pilote au programme APEX de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) et de l’Airport Council International (ACI) pour l’excellence en matière de sécurité.

Les extensions du port autonome de Lomé

Le troisième quai

C’est un quai de 450 mètres de long et 15 mètres de profondeur nouvellement réalisé et qui permet d’accueillir des navires porte-conteneurs d’au moins 7000 EVP. Son terminal à conteneurs est équipé de portiques de quai de grues RTG et dispose d’une surface d’entreposage de 38 hectares pour la manutention et l’entreposage d’un volume annuel de 1,5 millions de conteneurs.

Un nouveau quai, prêt à accueillir les grands navires mondiaux de transport de marchandises

Le terminal de LCT

Dans sa quête permanente de la qualité de service, le PAL s’est investi dans un programme de développement de ses infrastructures afin d’offrir de meilleures conditions de traitement des navires et des marchandises. Les nouvelles infrastructures à réaliser comprennent la réalisation en cours d’une darse qui servira à installer un nouveau terminal à conteneurs. Le terminal financé sera d’une capacité équivalente à 900 000 conteneurs de 20 pieds à court terme avec un potentiel de développement estimé à 2,5 millions de conteneurs sur les 1 050 mètres de quai et pourra accueillir 3 à 4 navires simultanément avec d’importantes surfaces de surfaces de stockages de plus de 220 000 m². La darse aura un tirant d’eau de 16 ,60 mètres, supérieur à celui des installations actuelles. L’objectif de ce projet est de mettre en place un feeder service avec l’arrivée dans le Port de Lomé de grands porte-conteneurs et le transbordement des conteneurs dans les pays de la sous-région, du centre, du sud-ouest par des navires de petites capacités.

Grâce à ce nouveau projet, le port de Lomé sera capable de traiter un volume important de conteneurs en provenance et en départ du monde entier

C’est la société Lomé Container et Terminal (LCT) qui exploite et gère ce nouveau terminal dont la construction est en cours mais qui a déjà commencé à être opérationnel.